A l’approche d’expulsions de grande ampleur, la Knesset durcit les restrictions sur les migrants | Réseau International Diaspora En Ligne
Réseau International Diaspora En Ligne

A l’approche d’expulsions de grande ampleur, la Knesset durcit les restrictions sur les migrants

Les centres de détention de Holot seront fermés pour trois mois, le gouvernement veut empêcher les migrants d’envoyer de l’argent en dehors du pays.

Lundi, la Knesset a fait passer des restrictions plus importantes contre les migrants illégaux et a fait fermer les centres de détention de Holot dans le sud d’Israël pour trois mois, renforçant ainsi l’engagement du gouvernement en vue d’expulsions de grande ampleur de migrants africains vers le Rwanda et l’Ouganda.

Le plan, proposé par le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri et le ministre de la Sécurité publique Gilad Erdan, a été approuvé en deuxième et troisième lecture avec 71 députés en faveur et 41 contre.

Avec le plan et la fermeture des centres de détention, « les migrants illégaux n’auront pas d’autre option que d’aller en prison ou de quitter le pays », a déclaré le mois dernier le ministère de la Sécurité Publique, en présentant la proposition.

Renforçant la pression sur les migrants pour qu’ils quittent le territoire, les lois ont également mis en place des limitations financières contre les migrants, les empêchant d’envoyer des fonds en dehors du pays. Le plan renforce également les sanctions contre les employeurs des quelque 40 000 migrants africains dans le pays et impose des limites géographiques pour les déplacements de migrants.

Le plan du gouvernement a été critiqué par Amnesty International et l’agence des réfugiés des Nations unies. Le groupe de protection de droits de l’homme a expliqué, le mois dernier, que les « limites géographiques » pouvaient, en effet, priver les migrants de services de soin et de santé, car il permet au ministère de l’Intérieur de leur interdire l’accès à Tel Aviv – la seule ville où ces services sont proposés.

La proposition prolonge également une série de limitations supplémentaires sur les migrants pendant encore trois ans.
La parti d’opposition l’Union Sioniste, qui est composé des partis Travailliste et Hatnuah, a voté en faveur de la proposition sur l’ordre du chef du parti Travailliste Avi Gabbay, s’attirant de vives critiques de la part d’autres partis de l’opposition.

Gabbay a « oublié ce que cela signifie d’être juif » a sèchement déclaré Dov Khenin de la Liste arabe unie lors d’un débat agité qui a duré plusieurs heures avant le vote. Il faisait référence à un commentaire polémique de Gabbay concernant la gauche israélienne, qui paraphrasait le même commentaire du Premier ministre Benjamin Netanyahu dans les années 1990.

« Vous aimerez l’étranger ! Vous aimerez l’étranger ! Vous aimerez l’étranger ! Vous aimerez l’étranger ! », a crié Khenin à l’assemblée lors du débat.

La proposition du gouvernement est intervenue en réponse à une décision de la Haute Cour de Justice à la fin août qui soutenait la pratique controversée d’Israël d’expulser des migrants illégaux vers un autre pays anonyme.

Le gouvernement a indiqué qu’il allait rapidement accélérer le rythme des expulsions.

Israël reconnaît tacitement que les Soudanais et les Érythréens ne peuvent pas être expulsés vers leur pays d’origine dangereux, alors il a signé un accord avec un troisième pays qui a accepté de les accueillir à condition que les migrants acceptent l’accord, selon des activistes.

En août, la Haute Cour de justice a approuvé la politique migratoire, mais a également statué que les autorités israéliennes devaient d’abord s’assurer que les pays, vers lesquels les migrants étaient expulsés, n’étaient pas dangereux. Même si le troisième pays n’a pas été nommé, ils ont été identifiés comme étant le Rwanda ou l’Ouganda.

Pourtant, la Haute Cour a également statué que les expulsions peuvent seulement se dérouler avec l’accord des migrants, leur refus de quitter Israël ne peut donc pas être considéré comme un comportement non coopératif. Et Israël ne peut pas emprisonner pendant plus de 60 jours des migrants qui refusent de partir.

L’Autorité de la Population et de l’Immigration a déclaré que plus de 40 000 migrants africains illégaux résidaient en Israël en 2016, ils venaient presque tous d’Erythrée ou du Soudan. Beaucoup vivent dans les quartiers les plus pauvres du sud de Tel Aviv, et certains les accusent de faire monter la criminalité dans la ville.

De nombreux migrants ont déclaré qu’ils fuyaient des conflits et des persécutions et qu’ils demandaient le statut de réfugié. Des officiels israéliens considèrent qu’il s’agit de migrants économiques et ils ont résisté aux appels de le reconnaître comme des réfugiés.

Holot, un centre ouvert de détention situé dans le désert pouvant accueillir 1 200 migrants qui sont autorisés à quitter le centre pour travailler dans la journée, sera fermé pendant trois mois à partir du 16 décembre, selon la décision, à moins que les ministres n’accordent une autre prolongation.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

Diasporaenligne.net

Comments

comments

URL courte: http://diasporaenligne.net/?p=56225

Les commentaires sont fermés

Galerie photo

Copyright : RESEAU DIASPORA EN LIGNE 2000-2016. TOUS DROITS RESERVES