Aide aux étrangers dans la Roya : « La justice veut décourager ceux qui veulent aider les migrants » | Réseau International Diaspora En Ligne
Réseau International Diaspora En Ligne

Aide aux étrangers dans la Roya : « La justice veut décourager ceux qui veulent aider les migrants »

Le chercheur Pierre-Alain Mannoni a été condamné lundi à deux mois de prison avec sursis pour avoir « facilité la circulation et le séjour » de migrants, dans la vallée de la Roya, dans le sud de la France. Il avait aidé et transporté dans sa voiture trois Érythréennes. « Je n’étais qu’un simple citoyen portant assistance à des personnes en détresse », explique-t-il à InfoMigrants.

« La justice condamne un geste d’humanité », a réagi Pierre-Alain Mannoni, contacté par InfoMigrants. Relaxé en première instance par le Tribunal de Nice, cet universitaire de 45 ans a été condamné lundi 11 septembre à deux mois de prison avec sursis par la cour d’appel d’Aix-en-Provence, pour avoir aidé et transporté en 2016 trois jeunes migrantes érythréennes près de la frontière franco-italienne.

« On veut tuer la solidarité »

La cour d’appel, qui n’a pas détaillé les motivations de sa décision à l’audience, a reconnu coupable Pierre-Alain Mannoni d’avoir « facilité la circulation et le séjour » des migrantes. Fin juin, l’avocat général avait requis trois mois de prison avec sursis à son encontre, écartant « l’immunité humanitaire » dont le chercheur avait bénéficié en première instance, au motif qu’il « était dans une contestation globale de la loi » et qu’il agissait en tant que militant. Une version que conteste l’universitaire : « C’est complètement faux. Je ne suis pas un militant mais un simple citoyen qui portait assistance à des personnes en détresse », se défend-t-il.

Le 18 octobre 2016, Pierre-Alain Mannoni avait entrepris de convoyer trois Érythréennes dans son véhicule depuis un centre de vacances SNCF occupé illégalement par des militants associatifs à Saint-Dalmas-de-Tende jusqu’à son domicile de Nice. Il s’était fait interpeller au péage autoroutier de la Turbie. Il avait alors dit vouloir permettre aux jeunes filles de se faire soigner et aider par des associations à Marseille.

« On veut dissuader, voire tuer la solidarité », a déclaré après le verdict son avocate, Maeva Binimelis, précisant que Pierre-Alain Mannoni allait se pourvoir en cassation. « Quel message la justice envoie-t-elle aux citoyens et plus particulièrement aux enfants ? », se demande le chercheur, père de deux adolescents dont l’un a fondu en larmes à l’annonce de sa condamnation.

Dimension politique

Plusieurs associations ont apporté leur soutien au Niçois, notamment la Ligue des droits de l’Homme (LDH) et l’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’Homme. Dans un communiqué commun intitulé « La France continue de harceler les défenseurs des droits des migrants », elles estiment que « cette nouvelle condamnation fragilise le statut des défenseurs des droits des personnes migrantes en France », et appellent l’État à « garantir une protection efficace contre des poursuites visant des actions humanitaires et désintéressées ».

« Ma condamnation est liée à ce qu’il se passe dans la Roya. On ne peut pas occulter la dimension politique », a déclaré Pierre-Alain Mannoni. Selon lui, la justice veut « décourager ceux qui seraient tentés d’aider des migrants ». Début août, dans un dossier symbolique du combat en faveur des migrants dans la vallée de la Roya, l’agriculteur Cédric Herrou avait été condamné, par la même cour d’appel, à quatre mois de prison avec sursis. 

>> À lire sur InfoMigrants : Long-format : « Roya, l’insoumise », une vallée française prend fait et cause pour les migrants

La vallée de La Roya, dans les Alpes-Maritimes, connaît une intense mobilisation citoyenne en faveur des migrants au moment où l’État tente de juguler la pression migratoire à la frontière franco-italienne. Depuis le début de l’année, 33 000 migrants ont été remis aux autorités italiennes. Le tribunal administratif a épinglé à deux reprises au cours des six derniers mois le traitement de plusieurs de ces dossiers par la préfecture des Alpes-Maritimes pour violation du droit d’asile.

Vallée de la Roya

Vallée de la Roya

Par: infomigrants.net – Diasporaenligne.net

Comments

comments

URL courte: http://diasporaenligne.net/?p=55049

Répondre

Galerie photo

Copyright : RESEAU DIASPORA EN LIGNE 2000-2016. TOUS DROITS RESERVES