Amsatou Sow Sidibé se dresse contre l’émigration clandestine | Réseau International Diaspora En Ligne
Réseau International Diaspora En Ligne

Amsatou Sow Sidibé se dresse contre l’émigration clandestine

Amsatou Sow SidibéLe Réseau Dialogue Sécurité, Paix en Afrique (DSPAIX AFRIQUE), présidé par Professeur Amsatou Sow Sidibé, organise une grande manifestation en partenariat avec la Place du souvenir africain et de la Diaspora, l’Organisation Internationale de la Migration, le Fonds d’Appui à l’Investissement des Sénégalais de l’Extérieur un forum sur le thème «Halte à L’émigration Clandestine, Non aux crimes collectifs».  L’objectif est de prier pour la mémoire des naufragés, faire des propositions de solutions afin de juguler le fléau et dissuader les candidats à l’émigration clandestine.

Amsa Sow Sidi

Le forum se tiendra le Lundi 4 Mai 2015, à partir de 15 h, à la place du Souvenir sis à la Corniche de Dakar. Il verra la participation de représentants de l’Etat, de parlementaires, de représentants du corps diplomatique,  d’autorités religieuses et coutumières, d’universitaires, de familles de victimes,  etc.  A cette occasion, le DSPAIX AFRIQUE qui dénonce ce fléau, entend contribuer aux solutions permettant de stopper définitivement l’émigration clandestine.

Rappel: Diaspora En Ligne

Cependant, le réseau, international Diaspora En Ligne, doit rappeler à juste titre dire que la diaspora africaine est la 6e région économique du continent noir, son 55e pays. Forte de ses 30 millions d’individus, son apport économique direct représente 2,5% du PIB continental. C’est sans doute beaucoup plus si on comptabilise tous les flux monétaires qui passent par les réseaux informels. Mais sa plus grande valeur est ailleurs, dans les cerveaux et la matière grise de ces millions de filles et fils de la patrie. Le savoir et le savoir-faire de la diaspora sont inestimables, d’où l’importance de favoriser leur retour pour contribuer au développement du pays.

Transferts de fonds, création d’entreprises, investissements divers, innovations technologiques et culturelles, les champs sur lesquels ces expatriés peuvent intervenir sont nombreux. Mais quand on examine la situation africaine, certains chiffres frappent : l’Afrique dépense annuellement 4 milliards $ pour l’utilisation d’environ 150 000 experts occidentaux dans divers domaines. Dans cette simple affirmation se trouve tout le ridicule de la situation. L’expertise de la diaspora africaine ne pourrait-elle pas se substituer à l’aide et la coopération occidentale ? Poser la question, c’est y répondre.

Pessimisme à l’africaine

Pour les investisseurs étrangers, l’Afrique n’a jamais été aussi séduisante. Toutes les études à cet effet le confirment : croissance positive généralisée, climat d’affaires amélioré, émergence d’une classe moyenne avide de consommation. Pourtant, la diaspora du continent tarde à se laisser charmer. Une enquête menée par la firme d’intelligence économique et stratégique Knowdys auprès de 56 entrepreneurs africains basés à Paris, Londres et New York le confirme.

Récupérer les cerveaux

Dans toute société, la prospérité économique passe d’abord par l’éducation, la connaissance et le savoir. On estime qu’environ 23 000 universitaires quittent chaque année l’Afrique, un coût qu’on évalue à environ 4 milliards $. Cet exode des cerveaux peut toutefois avoir des aspects positifs dans la mesure où le continent les récupère une fois leur formation complétée. Chercheur à l’Université de Cape Town, Mercy Brown propose de regarder l’avantage comparatif de ce flux intellectuel.

« Il faut voir l’exode des cerveaux comme un avantage à exploiter. Les expatriés hautement qualifiés constituent un bassin de spécialistes dont le pays d’origine peut tirer profit. Le défi consiste donc à recruter ces cerveaux. » D’après l’organisation internationale des migrations(OIM),  plus de 300 000 spécialistes africains habitent à l’extérieur de l’Afrique, une mine d’or pour tout pays qui souhaite poursuivre sa croissance et son développement. Les leaders africains ne peuvent plus ignorer cette donnée et doivent tout faire pour courtiser cette matière grise qui fait le bonheur d’autres nations.

Il existe plusieurs avantages au retour des cerveaux africains. En premier lieu, l’établissement d’un pont entre la diaspora et les pays d’origine. Ce pont facilite non seulement le transfert des connaissances, mais génère aussi un « tourisme de la diaspora » qui amène avec lui des centaines de millions de dollars dans l’économie locale. Ensuite, la reconnaissance du savoir-faire africain ne peut qu’encourager d’autres expatriés à les imiter. Ce faisant, l’économie en bénéficie, mais le système d’éducation aussi. On vient donc de jeter les premières bases d’une prospérité créée par les Africains, et pour les Africains. Ces transferts ne se font plus Nord-Sud, mais plutôt de la diaspora vers l’Afrique.

Si l’or gris peut certes jouer un rôle de lobbyiste pour l’Afrique auprès des pays d’adoption, son apport peut être encore plus grand sur le continent d’origine. Mais pour convaincre cette diaspora de rentrer chez elle, les différents États devront être en mesure de lui offrir des conditions et un contexte à la mesure des capacités, moyens et expériences qu’elle recèle.

Dirigeants africains, j’espère que vous avez pris bonne note, car l’avenir de votre continent en dépend.

www.diasporaenligne.net

Lu par: 81.784 personnes

1409 personnes atteintes

 

Comments

comments

URL courte: http://diasporaenligne.net/?p=31947

7 Commentaires pour “Amsatou Sow Sidibé se dresse contre l’émigration clandestine”

  1. modou modou

    C’est la future,présidente du Senegal

  2. C´est mieux d´organiser ce genre de rencontre mais on a proposé beaucoups de plans sans les appliquer.Je me demande si réellement le pays dispose d´une politique de migration.

  3. Papis NDIAYE

    Avec Le PROFESSEUR TITULAIRE DE CHAIRE EN DROIT AMSATOU SOW SIDIBE PRESIDENTE DU PARTI POLITIQUE CARLENEEN (CONVERGENCE DES ACTEURS POUR LA DEFENSE DES VALEURS REPUBLICAINES), NOTRE CHER SENEGAL GAGNERA BEAUCOUP. IL NOUS FAUT UNE FEMME PRESIDENTE AU SENEGAL ET QUI A LA TETE BIEN FAITE. POURQUOI PAS ELLE ? WHY NOT ??

  4. droit-o-but

    Il faut que les autorités resolvent les vrais problèmes des citoyens au lieu jouer au bon à l’ exterieur en étant sarcastique chez soi. Nous avons assez des discours et des asssociation est très souvent une façon subtile de nourrir de la misère des autres

  5. droit-o-but

    Partout dans le monde , on trouve des Senegalais, que fout les gournement bon enfant de la france????

  6. khaoussou

    c’est à vous les autorités d’Afrique de montrer le bon exemple. Dépuis l’indépendance jusqu’à nos jours notre Sénégal a connu combien de président combien je demande, mais tous après leur présidence viennent s’éjourner en France avec l’argent du pays.A cause de votre corruption, votre mal gouvernance et votre népotisme que tout le monde fuit le pays alors c’est pour cela que tu es mal placée pour dire halte à l’émigration clandestine. Vous,autorités,votre seul but de retenir les enfants du pays au pays est le paiement des impôts de tous les jours

  7. khaoussou

    je suis en France dépuis quelques temps mais la gouvernance n’est pas pareil que c’est nous. Ici il y a pas népotisme ni éthnocentrisme tous les postes se mérite ici c’est à dire l’homme qu’il faut à la place qu’il faut pour booster le développment.Ici tous les c’est construction de nouveau logement sociaux sans compter les routes, hopitaux,rails; Tu sais bien que les rails de Paris seulement peuvent doubler l’ensemble des routes et rails du Sénégal alors que notre pays est producteur du fer. J’ai trop de voir mon pays dans une telle situation sans pouvoir rien faire. Vous, nos dirigeants, vous nous explotez et nous faîtes la honte

Les commentaires sont fermés

Galerie photo

Copyright : RESEAU DIASPORA EN LIGNE 2000-2016. TOUS DROITS RESERVES