DE L´ OPPORTUNITE D´ELIRE DES DEPUTES DE LA DIASPORA | Réseau International Diaspora En Ligne
Réseau International Diaspora En Ligne

DE L´ OPPORTUNITE D´ELIRE DES DEPUTES DE LA DIASPORA

Le débat sur l´opportunité ou non de désigner des députés de la diaspora m´amène à travers cette contribution  à apporter quelques éléments de réflexion. Nous avons appris à notre grande surprise des députés de l´opposition montré leur niet catégorique à cette proposition au nom de raisons politiques ainsi qu´économiques liées à des dépenses budgétaires supplémentaires.

La proposition de désigner des députés de la diaspora répond à notre avis à un besoin d´équité et de justice. Pour tout ce qu´elle représente au plan socio-économique (par les transferts considérables plus de 900 milliards de FCFA qui dépassent l´aide publique au développement et constituent près de 10 % de notre PIB) de même  que démographiques.

La réalisation de celle-ci relève d’un devoir de justice à l’égard de la Diaspora ; en même temps  une exigence démocratique. C´est la raison pour laquelle, nous félicitons le Président Sall d´avoir désigné la diaspora comme 15ème région de notre pays et d´avoir porté par référendum puis par le vote du projet de loi à l’Assemblée Nationale l´applicabilité de cette décision durant les prochaines élections législatives.

Déjà dans certains pays de l´Afrique du nord notamment en Algérie et en Tunisie, on note depuis quelques années la désignation de représentants de ces diasporas.

En Tunisie ont été élus 18 représentants  de la diaspora au Parlement durant les élections législatives de 2014  sur les 217 que compte le parlement. En Algérie, plus d´une décennie déjà. Pour les prochaines législatives de 2017, les associations de la diaspora revendiquent l’augmentation  des députés à hauteur de 30.Ce fut  aussi le cas du Mali  voisin durant les années 90 durant la conférence nationale :13 députés furent parmi les 129 que comptait  l’Assemblée Nationale.

Les cadres institutionnels existant(Ministère des Affaires Étrangères et des Sénégalais de l´Extérieur, Direction des Sénégalais de l´extérieur, Ministère de l’Intérieur…)assument un rôle de gestion administrative, de protection, de promotion économique des migrants ainsi la prise en charge de leurs préoccupations.

Leur existence ne rend pas inopportune la désignation de ces représentants qui devront assumer une autre fonction, un  rôle dévolu à des représentants du peuple. 

Ces députés de la diaspora seront en effet les portes voix d´une communauté hétérogène qui rencontre des problèmes  communs ou adaptés à leur contexte  à la fois dans les pays ou continents d´accueil et d´origine.

Cependant, ce qui reste à matérialiser c´est de faire d´eux des acteurs qui agissent et parlent pour leur communauté .Il s´agit d´accepter de par leur expériences professionnelles diverses, du capital humain et financier dont ils disposent  de les écouter pour donner leur avis dans la conduite des politiques qui les concernent en premier lieu. Ce qui est une condition sine qua non pour cette participation.

Pour ce faire, les futurs députés de la diaspora disposeront d´outils et de moyens pour  diffuser et mettre en exergue les nombreuses difficultés  de nature administrative, sociale, économique… qu´ils rencontrent,

Par le biais de propositions de lois, d´amendements, de questions orales et écrites, ils pourront interpeller le gouvernement et participer à son  contrôle .Il ne s´agit pas évidemment de régler d´une baquette magique les problèmes auxquels ils sont confrontés en assumant cette charge au parlement.

Au demeurant, nonobstant cette bonne initiative politique démocratique, nous pensons que cette représentation ne doit pas seulement se limiter à celle parlementaire. Elle doit aussi se concevoir  dans un sens beaucoup plus large.

D´une part, la diaspora doit en effet encore jouir d´une représentation plus marquée dans les autres instances délibératives, représentatives, de consultation ou décentralisées tels que, le Conseil Économique Social et Environnemental (CESE) le Haut Conseil des Collectivités Territoriales(HCCT)..

D´autre part, la dimension locale de la contribution de la diaspora dans les collectivités locales pour la réalisation de projets de coopération, de codéveloppement doit être plus coordonnée pour une meilleure efficacité dans les interventions. Prendre en considération cet apport dans le cadre de la mise en œuvre des plans de développement locaux ou de structures décentralisées dans lesquelles ils seraient impliqués nous parait convenant et pertinent.

Nous ne terminerons pas sans faire allusion à quelques idées à prendre en compte dans les contextes  pré et post électoraux qui pourraient être susceptibles de faciliter la mise en œuvre de ce projet.

D´abord la question du  mode de désignation, des modalités pratiques d’organisation, ainsi que l´exercice du mandat restent jusqu’ici à clarifier. La diaspora regorge de personnes ressources politiques comme apolitiques qui peuvent assumer  convenablement cette charge. La responsabilité de la diaspora d´être proactive en participant à la réflexion ainsi que celle des autorités pour des propositions adéquates faciliteraient les choix  à faire sur la base de critères déterminés.

Si l´on sait que les migrants seront dans deux espaces où la mobilité sera de mise pour l’exercice de leur fonction. Il serait bien à notre avis, que le règlement intérieur de l´assemblée nationale  prenne en compte  ce paramètre  dans la définition des dispositions réglementaires. La durée de séjour et de participation aux sessions ne devront pas être contraignantes au risque de rendre difficile l’exercice de la fonction.

Ensuite , il urge aussi de penser à un mécanisme de suivi articulé à la nécessité  et l’obligation pour le député de rendre compte régulièrement à ces électeurs en signant avec sa communauté un engagement à se mettre à son service,organisant des rencontres régulières d´informations, d´écoute  et de suivi en relation avec les associations,Fédérations, Consulats….

Une autre disposition utile serait la facilitation de la coordination entre les différents parlementaires de la diaspora.La mise en place  d’un groupe  de concertation parlementaire comme expression organisée de ses représentants nous parait importante. L´existence de ce groupe comme cadre d´analyses  et d´échanges  permettra d’assurer une bonne coordination des problèmes et alternatives à présenter.

Last but not least, il s´agira aussi eu égard à  l´importance de ce projet pour toute la diaspora de lancer un appel à la communauté de migrants Sénégalais dans les divers continents à une mobilisation massive pour une inscription significative sur les listes électorales. Ce qui légitimerait davantage la désignation de ces futurs députés qui sera une première dans l´histoire politique de notre pays.

Conclusion

Dans un contexte ou leur participation au développement national n´est plus à démontrer cette implication doit se comprendre et se justifier comme une légitimation de l´apport estimable de la diaspora dans le développement de notre pays qui de par les solidarités individuelles et  collectives contribue largement à la stabilité, à la cohésion et à la paix sociale de notre cher Sénégal.

La décision opportune du Chef de L´Etat Mr Macky Sall de trouver la voie d´une représentation de proximité des Sénégalais de la diaspora  dans sa diversité  nous parait essentielle pour faire des représentants de la diaspora des acteurs de premier ordre auprès de la seconde institution du Sénégal et encore dans bien d´autres.

Mamadou Cheikh AGNE

Consultant-Professionnel de la Migration et de la Coopération-

Diplômé de l´EPIC-Ecole des professionnels de la Migration et de la Coop.

Président de l´Association des Immigrés Sénégalais en Espagne- AISE-Madrid

Email : agnegaol@yahoo.es

 

Comments

comments

URL courte: http://diasporaenligne.net/?p=51822

Les commentaires sont fermés

Galerie photo

Copyright : RESEAU DIASPORA EN LIGNE 2000-2016. TOUS DROITS RESERVES