Histoire générale du Sénégal – «Gadiaga» et «Bundu» au cœur d’un séminaire à Tambacounda | Réseau International Diaspora En Ligne
Réseau International Diaspora En Ligne

Histoire générale du Sénégal – «Gadiaga» et «Bundu» au cœur d’un séminaire à Tambacounda

La ville de Tambacounda abritera les 28 et 29 janvier 2017 un séminaire régional portant sur l’écriture de l’Histoire générale du Sénégal (HGS), des origines à nos jours.  La liste du nombre de participants est fixée à 125 dont 25 venant de Dakar et 100 choisis au niveau local.

L’annonce a été faite par l’Administrateur civil, Abdoulaye Camara facilitateur pour ce séminaire. Il rapporte, citant la lettre du 22 novembre 2016 du Professeur Iba Der THIAM, Coordonnateur général de l’HGS, adressée au  Gouverneur de la région de Tambacounda, qu’il s’agit d’un « ….séminaire d’information et de collecte de contributions, pour être sûr de n’oublier aucun pan de la société et qu’aucun secteur de la vie politique, économique, culturelle et sociale n’a été laissé en rade ».

«……Aussi, un appel est-il lancé à l’endroit de tous ceux qui sont dépositaires d’une parcelle de mémoire ou de savoir, afin que ces connaissances ne soient plus thésaurisées. Cet appel s’adresse particulièrement à ceux qui détiennent des archives de famille, à ceux qui ont rédigé des articles, des mémoires, des thèses et autres documents mémoriels et, enfin, à ceux qui ont des iconographies sur notre passé ». L’objectif de ce séminaire est de « ….redonner la parole et la plume aux régions à travers leurs voix autorisées et leurs experts attitrés ».

Le séminaire de Tambacounda est l’occasion, pour les peuples du Gadiaga, Boundou, Niani et du Wouli,  les Soninké, les Peulh, les Mandingues, entre autres, de  réunir toutes les compétences, toutes les personnes qui détiennent une parcelle de l’histoire de ces peuples de les partager. Et que des conclusions jaillisse la lumière qui permettra à notre pays, dans toute sa diversité, de se doter d’un outil lui permettant d’affirmer sa personnalité dans un espace de plus en plus mondialisé.

Les contributions des représentants des différentes communautés porteront sur plusieurs aspects socio-économiques des terroirs, notamment, les origines, les migrations, le peuplement, les institutions, l’économie, l’environnement, les coutumes, la religion, les savoirs, les figures historiques, les épopées, les arts, les sciences et techniques locales, entre autres.

Le projet d’écriture de l’Histoire générale du Sénégal, des origines à nos jours, est  né d’une idée du Professeur Iba Der Thiam, en 2013. Il  concerne toutes les ethnies et toutes les communautés du Sénégal. Le comité national de pilotage avait également annoncé des missions dans la sous-région toujours dans le cadre de l’opération de collecte.  Tout ce travail devra être compilé dans 22 volumes de 500 à 800 pages qui seront publiés et largement diffusés.

Cette initiative a bénéficié de la caution de l’Etat à travers l’appui du président de la République, Macky Sall, dés décembre 2013. Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche lui a apporté un appui financier. Le ministère chargé  de la Culture  s’est pour sa part engagé à financer l’édition et la publication de tous les volumes tirés de ce travail.

Expliquant les raisons de l’initiative, dans son discours introductif, au séminaire des 29 et 30 mars 2014, le Pr Iba Der Thiam  rappelle avoir dit dès la réunion introductive du 19 Novembre  2013 que « le projet est venu d’un constat. Notre pays est indépendant depuis plus d’un demi-siècle et n’a pas encore, en sa possession, une Histoire générale consensuelle, permettant de retracer, sur la longue durée, les luttes menées, les sacrifices  consentis, les actes et les faits accomplis, les difficultés rencontrées et les succès réalisés, face aux défis écologiques, économiques, sociaux, militaires, politiques, culturels et spirituels, auxquels il a été confrontés.
L e résultat est là : Une grande partie de notre élite ignore nombre de séquences de notre passé commun  et peine à y trouver des repères et des exemples, pour déterminer ses conduites actuelles et futures. Notre jeunesse, parfois désemparées, devient la proie facile de tous ceux qui cherchent à conquérir les consciences, pour dominer la planète. Faute de modèles et de références documentés et précis, notre peuple continue de chercher sa voie, pour un développement harmonieux et durable, dans un monde féroce, où se constituent, malgré tout, quelques îlots de solidarité ».
 » (…). L’opportunité de livrer la vérité historique structurée, contre tout ce que les colonialistes ont diffusé et enseigné dans des manuels qui  nous sont imposés,  est aujourd’hui saisie et s’accomplit, par des Sénégalais, qui de ce fait mériteront de toutes les nations Africaines ».
En définitive, le projet vise  « l’écriture d’une histoire globale qui transcende les querelles d’écoles, pour prendre en charge toutes les problématiques humaines, économiques, politiques, sociales, culturelles, stratégiques, religieuses etc. »

Soninke.tv – Diasporaenligne.net

Comments

comments

URL courte: http://diasporaenligne.net/?p=47599

Les commentaires sont fermés

Galerie photo

Copyright : RESEAU DIASPORA EN LIGNE 2000-2016. TOUS DROITS RESERVES