IMMIGRATION : CONSEQUENCES ET CONDITIONS DE RETOUR | Réseau International Diaspora En Ligne
Réseau International Diaspora En Ligne

IMMIGRATION : CONSEQUENCES ET CONDITIONS DE RETOUR

Par: Maitre Serigne Babacar Guèye Juriste spécialiste en migrations internationales. Membre du Groupe de Recherches pour le Développement Régional et Rural (Réseau International DIASPORA EN LIGNE).

L’immigration africaine prive le continent de beaucoup de cerveaux et de personnes qualifiées. En effet, les immigrants africains sont majoritairement des professionnels, des cadres et des techniciens et leur départ influe grandement les conditions économiques et sociales du continent. L’impact est catastrophique pour le continent qui est de plus en plus en manque de personnes qualifiées.

Les pays occidentaux regorgent d’immigrés africains qualifiés. Le continent peut largement bénéficier de cette population immigrée qui a affiné ses qualifications et acquis de nouvelles expériences.

1/ Les Conséquences de l’immigration

Les immigrés ne sont pas tout à fait heureux dans les pays d’accueil mais sont satisfaits du fait qu’ils parviennent à survenir aux besoins de leurs familles dans le pays d’origine. Ainsi, malgré les conditions de vie difficile, les immigrés parviennent à économiser et à envoyer de l’argent à la famille du pays d’origine. Ils font profiter la famille et les proches restés là-bas, de leur prospérité. Pour eux, l’immigration est la seule stratégie possible de réussite, ainsi pour ceux qui ont réussi à émigrer, retourner au pays d’origine sans réaliser ses objectifs, est aperçu comme un échec.

Même si quelques-uns investissent dans des projets de développement (construction d’écoles, de centre de santé…), la plupart gère mal leurs envois du fait de la pression sociale de l’entourage (la famille, les amis etc.). Il faut regarder ce phénomène pour comprendre ce qui pousse une telle résistance des sans-papiers.

En effet, du fait du mythe que les africains ont de l’occident, les immigrés deviennent eux-mêmes des « mythes ». Ainsi, il est inconcevable pour la population restée en Afrique qu’un immigré rentre à la mère patrie sans argent ni autres richesses. Pour elle, une immigration réussie en Afrique se traduit par la construction de belles villas, d’immeubles, la possession des plus belles voitures et de l’argent qu’on distribue de gauche à droite à des fins ne contribuant pour rien à la construction d’une meilleure Afrique.

Dans cette attente, les immigrés inconscients sont tentés par l’argent facile et se mêlent dans des affaires qui finissent soit par la mort soit par la prison.

Ceux qui ont décidé d’être dignes et qui malheureusement ne réussissent pas leur vie en Occident, préfèrent donc rester dans leur pays d’accueil, quitte à rompre tout contact avec leur famille, vivant dans la clandestinité, la misère et l’humiliation, plutôt que de rentrer bredouille, sans argent donc sans gloire, mais surtout pour éviter d’être une charge supplémentaire pour leur famille.

Maintenant, il s’agit d’organiser le retour et de motiver la population immigrée par des moyens très solides pour la construction du continent.

Mais, la tâche est double et réciproque dans la mesure où les familles des immigrés doivent éviter de mettre la pression à ces derniers, en revanche, ceux-ci doivent être capables de décrire les réalités de l’Occident, expliquer les conditions dans lesquelles ils se trouvent. Du coup, si jamais ils ne réussissent pas leur immigration, le retour pourra se faire très facilement sans préjugés et avant qu’il ne soit trop tard. Des fois la vie est meilleure de retour au pays.

2/ Incitation au retour dans les pays d’origine

L’incitation du retour des étrangers dans leurs pays nécessite l’interpellation des pouvoirs publics et la prise de conscience des immigrés eux-mêmes comme en témoigne l’action de beaucoup d’organismes.

Les réalisations des immigrés sont d’ordre luxueux. Or ils doivent concrétiser la mise en place des projets permettant des créations d’emplois dans leurs pays d’origine. L’Etat et la Société civile doivent se donner la tâche de réveiller les consciences africaines et d’utiliser un forum comme moyen afin de mieux communiquer avec la diaspora pour le retour et la jeunesse sur place d’une part, faire participer les autorités locales à cette activité, d’autre part. Pour ce faire les coopérations internationales ont un grand rôle à jouer c’est à dire à aider les uns et les autres à s’organiser pour qu’ils deviennent efficaces.

Cependant la plateforme doit être mise en place par les immigrés et doit être appuyé par les ONG (Organisation Non Gouvernementale) et la population locale.

Selon une enquête (www.diasporaenligne.net), le transfert d’argent des immigrés de certains pays, est supérieur aux aides publiques de cet Etat. Mais comme nous l’avons souligné plus haut, cet argent est mal géré. Les créations d’associations et l’envoi d’argent ne suffisent pas pour la résolution du problème des migrants.

Si les populations (immigrés et autochtones confondus) veulent prendre leur destin, il faut qu’elles changent de stratégies et d’accepter certaines choses (formations pouvant être exploité dans les pays d’origines). On ne doit pas compter seulement sur les autorités mais sur nous-mêmes et nos capacités de gérer.

Les pouvoirs publics doivent jouer un rôle d’encadrement des projets mis en place par les migrants. Ils doivent enquêter auprès des populations migrantes afin de trouver les solutions pour limiter voire arrêter l’immigration.

 

Comments

comments

URL courte: http://diasporaenligne.net/?p=53454

Répondre

Galerie photo

Copyright : RESEAU DIASPORA EN LIGNE 2000-2016. TOUS DROITS RESERVES