L’équipe cycliste israélienne signe un réfugié érythréen au Giro d’Italia 2018 | Réseau International Diaspora En Ligne
Réseau International Diaspora En Ligne

L’équipe cycliste israélienne signe un réfugié érythréen au Giro d’Italia 2018

Awet Gebremedhin, 25 ans, qui vit actuellement en Suède, va participer à l’une des plus grandes courses de vélo au monde.

La seule équipe cycliste professionnelle d’Israël a signé lundi avec un réfugié érythréen vivant en Suède, et se prépare à accueillir le départ du Giro d’Italia 2018, l’une des plus grandes courses de vélo au monde.

L’initiative de l’Académie cycliste israélienne intervient au moment où le Premier ministre Benjamin Netanyahu a décidé de commencer les expulsions de masse de demandeurs d’asile érythréens en mars.

Le directeur général de l’équipe Ran Margaliot a déclaré que la décision de l’équipe de signer Awet Gebremedhin, un réfugié érythréen de 25 ans vivant actuellement en Suède, n’était pas à prendre comme une déclaration politique, malgré la situation actuelle en Israël et les attitudes envers les réfugiés.

« Awet est un coureur spécial, notre choix est basé sur son histoire personnelle et aussi sur ses capacités », a déclaré Margaliot.

« Nous ne sommes pas un mouvement politique, nous sommes une équipe sportive, et quelle que soit notre opinion sur un sujet spécifique, nous pensons que le sport consiste à connecter les gens », a-t-il déclaré.

« Tout le monde mérite une chance, peu importe d’où il vient. Nous sommes fiers que Awet nous rejoigne. Cela montre que si vous travaillez dur, vous pouvez atteindre le sommet au niveau sportif. »

La semaine dernière, les ministres du gouvernement ont approuvé un plan visant à emprisonner les migrants africains illégaux qui refusent de quitter Israël « volontairement ».

Le Premier ministre chercherait aussi des moyens d’expulser de force les demandeurs d’asile sans papiers, afin de réduire la pression sur le système pénitentiaire.

Mardi soir, des centaines de personnes ont manifesté dans le quartier Neve Shaanan de Tel Aviv contre les expulsions. Ils se sont affrontés avec un groupe de résidents locaux en faveur des expulsions qui accusent les migrants africains de détruire le quartier.

Des centaines de personnes ont protesté à Tel Aviv le 9 janvier 2018 contre les expulsions forcées de migrants africains que le gouvernement a approuvées la semaine dernière. (Tel Aviv contre les déportations / Facebook)

Gebremedhin était un coureur professionnel de l’équipe nationale érythréenne lorsqu’il s’est enfui lors d’une course en Italie en 2013 et s’est ensuite échappé en Suède pour demander le statut de réfugié.

Pendant les 18 mois qu’a duré le processus d’obtention du statut de réfugié, Gebremedhin est resté caché dans l’appartement de son ami, craignant d’être renvoyé en Érythrée s’il sortait et était interrogé. Du fait qu’il ne pouvait pas sortir ou faire de l’exercice, Gebremedhin s’est parfois presque affamé afin de garder son corps mince pour la course.

En novembre 2015, il a obtenu le statut de réfugié légal. Il a passé trois mois à ramasser des bouteilles, économisant de l’argent sur les consignes pour acheter sa propre bicyclette afin de pouvoir recommencer à s’entraîner.

Awet Gebremedhin lors d’une course en Erythrée dans cette photo personnelle non datée. (Courtesy of Awet Gebremedhin)

En 2017, Gebremedhin s’est entraîné avec une équipe amateur appelée Marco Polo, mais l’équipe s’est dissoute après une saison. Gebremedhin a rejoint le camp d’entraînement de l’Israel Cycling Academy le mois dernier et a accepté une place dans leur équipe de développement.

Il a été invité à se joindre à l’équipe après que le cycliste turc Ahmet Orken a demandé à résilier son contrat de deux ans suite à la pression politique due à la reconnaissance de Jérusalem par le président américain Donald Trump comme capitale d’Israël le mois dernier.

« Je n’arrive toujours pas à le croire », a déclaré Gebremedhin dans un communiqué. « J’ai attendu cette opportunité pratiquement toute ma vie et il y a eu des moments d’obscurité et de désespoir et j’ai presque perdu tout espoir que ce miracle puisse réellement arriver. Mais maintenant, après tout ce que j’ai dû traverser, tout cela en valait la peine. »

C’est la première année où l’Académie de cyclisme israélienne est en compétition au niveau Pro Continental, qui est l’équivalent d’une équipe de la Division II. Auparavant, l’équipe avait participé à un niveau continental (division III) depuis sa création en 2014. L’équipe actuelle compte 24 membres issus de 16 pays, dont cinq Israéliens.

L’équipe de développement se compose de 60 coureurs israéliens prometteurs, qui servent actuellement dans l’armée israélienne en tant que soldats avec une dispense spéciale pour les athlètes qui leur accorde trois mois d’absence pour participer à des compétitions internationales chaque année pendant leur service. Gebremedhin est le seul non israélien et non soldat à faire partie de l’équipe de développement.

L’ambassadeur d’Israël en Italie, Ofer Sachs, (g) et la maire de Rome, Virginia Raggi, avec le trophée du Giro d’Italia lors de la présentation de la course cycliste du Tour d’Italie 2018, le 29 novembre 2017 à Milan. (Crédit : AFP / MARCO BERTORELLO)

L’Israel Cycling Academy se trouve sous les projecteurs alors qu’Israël se prépare à accueillir le départ du Giro D’Italia, la première course cycliste mondiale après le Tour de France, du 4 au 6 mai. Les 196 coureurs passeront les trois premiers jours de cette course de 21 jours en Israël, en commençant par un contre-la-montre individuel à Jérusalem, avant de parcourir 180 kilomètres dans la région d’Acre et Haïfa et 210 kilomètres de Beer SheVa à Eilat. Les cyclistes iront ensuite en Italie pour le reste de la course, dont l’arrivée est prévue à Rome ou au Vatican.

C’est la première fois que l’une des trois grandes courses cyclistes – le Tour de France, le Giro d’Italia et la Vuelta a Espana – aura une partie du parcours en dehors de l’Europe.

Israël a déboursé 10 millions d’euros (41 millions de shekels) pour que le départ de la course se fasse à Jérusalem, et 2 millions d’euros supplémentaires (8,2 millions de shekels) pour s’assurer de la participation de Chris Froome, quatre fois vainqueur du Tour de France.

Les organisateurs du Giro d’Italie, notamment, depuis la gauche, l’amoureux du cyclisme et ambassadeur non-officiel du Giro Sylvan Adams, le maire de Jérusalem Nir Barkat, les légendes du vélo Alberto Contador et Ivan Basso, le ministre du Tourisme Yariv Levin, la ministre de la Culture Miri Regev et le manager du Giro d’Italie Mauro Vegni (Autorisation : Grand départ)

« Je crois que ce Giro peut devenir notre tramplin pour transformer ce sport en un sport traditionnel en Israël », a déclaré Margaliot, qui espère que le Giro aidera le cyclisme à atteindre le niveau du judo parmi les sports israéliens. La discipline sportive la plus forte d’Israël au niveau olympique est actuellement le judo, et les judokas sont des héros nationaux.

Le premier vélodrome d’Israël, un circuit intérieur de course à grande vitesse où les coureurs évoluent sur une piste spécialement inclinée qui leur permet de rouler presque perpendiculairement au sol, devrait être achevé dans le quartier Hadar Yosef de Tel Aviv en septembre. « Cela signifie qu’un nouveau sport olympique sera ouvert aux athlètes israéliens », a déclaré Margaliot.

En amont du Giro, l’Israel Cycling Academy coordonnera avec un certain nombre de villes les programmes pour enfants et les courses d’amateurs, dont un événement spécial lors du tour cycliste annuel de Jérusalem autour de la ville, qui aura lieu une semaine avant le Giro.

« Nous pensons que nous avons une excellente opportunité de promouvoir ce sport afin que les enfants aient une bonne envie de faire du vélo », a déclaré Margaliot. « Nous voulons sortir les gens de leur iPhone et de leur moto. »

timesofisrael – diasporaenligne.net

Comments

comments

URL courte: http://diasporaenligne.net/?p=57190

Répondre

Galerie photo

Copyright : RESEAU DIASPORA EN LIGNE 2000-2016. TOUS DROITS RESERVES