Les dangers évidents de l’immigration illégale | Réseau International Diaspora En Ligne
Réseau International Diaspora En Ligne

Les dangers évidents de l’immigration illégale

Point de limites à l’exercice de la raison… Point de sujets à s’interdire si l’on veut vraiment observer et analyser le réel. .. Point de passion exacerbée et de compassion larmoyante si l’on veut comprendre un problème qui touche à l’organisation même de la société et dont la solution ne peut se bâtir sur l’ignorance…Ainsi du phénomène avéré mais difficile à quantifier de l’immigration illégale, dont les conséquences sont, par contre, parfaitement visibles et néfastes (économiquement, socialement, sociétalement, politiquement) pour l’ordre social.

Même si par définition l’immigration illégale est fâcheusement « indénombrable », on peut considérer qu’elle concerne des millions de personnes en Europe (alors que la commission européenne l’évalue à plus de 10 millions pour « l’Europe des 27 ») et débouche sur une accumulation d’effets pervers dont les conséquences rejaillissent sur l’immigration régulière en faisant obstacle à l’intégration des étrangers en situation régulière et sur le « fonctionnement » de notre société par le développement de l’économie souterraine et le risque de déstabilisation sociale.

Comment devient-on « immigré illégal » dans le monde ? C’est la première question que l’on doit se poser. Si l’on écarte les étrangers en situation de transit qui utilisent  pays d’accueil comme lieu d’embarquement vers d’autres destinations, on peut recenser les étrangers qui, ayant passé les trois mois légaux dans ce pays, s’y maintiennent sans autre titre de séjour. Ou, ayant obtenu un titre de séjour légal, s’y maintiennent sans en avoir obtenu (ou demandé) le renouvellement. Ou encore, se maintiennent malgré le retrait par l’Administration du titre de séjour. La majorité des étrangers en situation irrégulière : « par exemple : on entre légalement dans l’Union européenne, on s’y maintient illégalement au-delà de la durée légale du court séjour demandé et on bascule ainsi dans l’illégalité ».

Mais, par-delà ces situations, il faut noter que l’immigration illégale utilise aussi les voies multiples de la fraude, souvent élaborée par des structures criminelles qui monnayent leur intervention : fraude documentaire, mariages de complaisance, reconnaissances de paternité fictive, séjour de soins détournés… et bien plus souvent encore elle est dominée par des réseaux mafieux de passeurs qui la prennent en charge dans le pays d’origine pour la diriger là où cela leur convient. Des filières chinoises, du Maghreb ou d’Afrique Noire, pour des sommes considérables (15000 euros le voyage d’Afrique Noire en Europe), pilotent les migrants et les « ponctionnent à blanc », les tiennent ensuite « en mains » dans les pays d’accueil, les asservissent en fait : on évalue le revenu de ces trafics d’êtres humains au tiers de celui du trafic international de stupéfiants.

Et ainsi se comprend la situation de vulnérabilité de celui qui (quel qu’il soit) vient de sa propre autorité s’installer clandestinement en un pays (quel qu’il soit) qui ne l’a pas « appelé »… situation de vulnérabilité criante d’abord dans le secteur de l’emploi… Privé du droit de travailler régulièrement, soumis au besoin de vivre et, souvent, de rembourser la dette due aux passeurs (véritables négriers le plus souvent de la même nationalité que l’immigré illégal), il constituera la proie docile d’employeurs nationaux ou immigrés réguliers qui le feront travailler en concurrence déloyale avec la main d’œuvre régulière, à des conditions d’emploi, de rémunération, de considération relevant de la pire exploitation.

Par : Me. Serigne Babacar Guèye Juriste spécialiste en Migrations Internationales

Source: diasporaenligne.net

Comments

comments

URL courte: http://diasporaenligne.net/?p=51758

Répondre

Galerie photo

Copyright : RESEAU DIASPORA EN LIGNE 2000-2016. TOUS DROITS RESERVES