Diaspora En Ligne

Migrations: Maroc/Espagne : Une meilleure coopération policière pour luter contre l’immigration et le terrorisme

Espagne-MarocLes attentats terroristes du 11 mars 2004 de Madrid ont balisé le terrain pour l’amorce d’une coopération sécuritaire entre le Maroc et l’Espagne. Actuellement, les deux pays passent à la vitesse supérieure et annoncent la création d’un Comité stratégique réunissant leurs deux polices.

Les polices marocaines et espagnols ont convenu de créer un Comité stratégique, présidé conjointement par les deux chefs des services de sûreté, indique aujourd’hui l’agence EFE. C’est la principale décision qui couronne le séminaire qui s’est tenu, cette semaine, à Cordoba, entre les polices des deux pays sous le thème : « Nouveaux défis, davantage de coopération ».

La nouvelle instance devrait tenir une réunion, ordinaire, une fois par an. Bouchaib Rmail et son homologue Ignacio Cosidó, pourrait se rencontrer à n’importe quel moment si des cas d’urgence le nécessitent.

La priorité : l’immigration

Cette alliance stratégique se donne pour objectif nodal : une lutte efficace contre l’immigration illégale. Madrid compte sur l’engagement marocain pour freiner les assauts, devenus fréquents, des Subsahariens qui descendent du mont Gourougou, à Nador, pour rejoindre Melilla.

Parfaitement consciente de l’importance de cet effort qui allège, substantiellement, la pression migratoire sur l’enclave espagnole qui met à mal la capacité d’accueil, au demeurant très réduite, du CETI de Melilla (Centre d’hébergement des immigrés), l’Espagne vient, encore une fois, d’offrir son aide à la nouvelle politique migratoire, initiée voilà trois semaines par le gouvernement Benkirane. « Nous l’appuyons fermement, avec tout le respect des droits de l’homme, des immigrés et en même temps pour un contrôle efficace des frontières », a déclaré, comme le rapporte EFE, le chef de la police espagnol.

Terrorisme : l’autre cible

A la veille de l’annonce de la création de ce Comité stratégique des deux polices maroco-espagnoles, le gouvernement Rajoy a donné son feu vert pour l’extradition de Mohamed El Bali, arrêté à Melilla en septembre dernier, que le Maroc présente comme le coordinateur présumé des cellules « Al Mouahidines » et « Taouhid », démantelées partiellement en mai dernier à Nador et Fnideq.

Une autre preuve du bon niveau de coopération entre les services de sûreté des deux pays, appelée à se renforcer davantage avec la naissance de ce Comité, notamment au niveau de l’échange d’informations sur les groupes  terroristes, surtout avec le nouveau mode opératoire des disciples d’Al Qaïda : agir seul sans la moindre coordination ou concertation avec d’autres personnes.

Après l’affaire Mohamed Merah en France, l’Espagne craint, en effet, d’être la cible d’attaques de ce genre, menées par des Maghrébins. En avril  dernier, la police espagnole avait arrêté un Marocain à Saragosse et un Algérien à Murcie qui présentaient des similitudes avec le tueur de Toulouse.

Comments

comments

URL courte: http://diasporaenligne.net/?p=13985

Répondre

Current ye@r *

Galerie photo

Copyright : RESEAU DIASPORA EN LIGNE 2000-2013. TOUS DROITS RESERVES