Réseau International Diaspora En Ligne

Migrations sous-régionales Mobilités et cohésions sociales

diaspora bouleLes collectivités territoriales sont placées qu’elles l’assument ou pas encore, devant des défis sociaux et économiques tels que la lutte contre la pauvreté sans que les processus de décentralisation n’aient été accompagnées, dans la plupart du temps, de moyens adéquats pour assumer ce rôle.  Autrement dit face à des mobilités intra régionales dues à diverses causes et aux effets transnationaux des mobilités, les collectivités territoriales sont interpellées tant dans la recherche permanente de cohésion sociale que dans  une projection spatiale qui les pousse à dialoguer avec les diasporas et les partenaires au développement. Sont-elles préparées à ces enjeux  et disposent-elles de suffisamment de ressources humaines et  d‘instruments  de prospective stratégique pour se positionner dans un champ aussi complexe que les migrations internationales, les mobilités transfrontalières et les effets moteurs de ces mobilités que sont les conflits,les changements climatiques et environnementaux, les mutations urbaines et les changements dans les peuplements des territoires, les pression sur les budgets publics. ?

Est-il possible d’affirmer que la liberté de circulation reconnue dans les entités sous-régionales (CEDEAO/CEMAC/UEMOA etc) constitutif a été un moteur « involontaire » d’une reconfiguration des espaces territoriaux et infrastructures socioculturelles ? Dans le contexte actuel de renouveau des questions migratoires, les collectivités locales peuvent elles ou doivent- elles jouer un rôle de contrôle des flux migratoires ou devraient-elles axer leurs démarches dans une optique de développement solidaire et stabilité sociale ? Autrement dit, quelles sont les conséquences, à plus ou moins long terme de la liberté de circulation, des mobilités forcées,

des migrants échoués (stranded migrants) des victimes de la traite et du trafic, des flux migratoires mixtes en général, sur la redistribution du peuplement de la sous-région, le voisinage inter ethnique, la paix, la sécurité et surtout la cohésion sociale dans un contexte de crise marquée en Afrique de l’Ouest par des crises de subsistance et des conflits armés. Le découpage des frontières issues de la colonisation s’est traduit aussi par une fragmentation des communautés de part et d’autres d’états post coloniaux avec comme conséquence une superposition de régulations étatiques et des mobilités différentes des pratiques des communautés. Ainsi les mobilités des communautés sont structurées autour des pratiques agricoles au sens large du terme, ignorant les frontières et les déterminants posés par les états issus des indépendances. Ainsi la pratique de la transhumance dans l’élevage agit comme un facteur direct sur les pratiques agricoles sous-régionales et posent la question de la gestion de leurs liens et des partenariats nécessaires à leur gestion Enfin les débats sur les migrations internationales accordent une place trop importante aux migrations Sud-Nord alors que les migrations intra africaines représentent une part plus importante et soulèvent des questions d’une tout aussi grande complexité tant en ce qui concerne les migrations professionnelles qu’en ce qui concerne le retour et la protection sociale.

Comments

comments

URL courte: http://diasporaenligne.net/?p=1083

Répondre

Current ye@r *

Galerie photo

Copyright : RESEAU DIASPORA EN LIGNE 2000-2013. TOUS DROITS RESERVES