« Pays de merde » : les 54 ambassadeurs africains à l’ONU condamnent les propos de Donald Trump | Réseau International Diaspora En Ligne
Réseau International Diaspora En Ligne

« Pays de merde » : les 54 ambassadeurs africains à l’ONU condamnent les propos de Donald Trump

Les ambassadeurs du groupe africain à l’ONU ont exigé dans un communiqué au langage très fort des « excuses » du président américain Donald Trump, condamnant ses propos « racistes » sur l’immigration en provenance de « pays de merde ».

L’emploi par le président américain Donald Trump du mot « pays de merde » pour désigner Haïti et certains pays africains susceptibles d’envoyer des migrants aux États-Unis a déclenché un tollé mondial.

Après une réunion d’urgence des ambassadeurs du groupe africain à l’ONU qui a duré quatre heures, ces derniers ont exigé vendredi 12 janvier « rétractation et excuses » de la part de Donald Trump. Ils se sont dit « préoccupé par la tendance continue et grandissante de l’administration américaine, vis-à-vis de l’Afrique et des personnes d’origine africaine, à dénigrer le continent et les gens de couleur ».

Le groupe affirme être « solidaire du peuple haïtien et des autres qui ont également été dénigrés » tout en remerciant « les Américains de toutes origines qui ont condamné ces remarques ».

>> À voir : Donald Trump et les « shithole countries »

« Pour une fois on est unis »

Exaspérés, les 54 ambassadeurs sont tombés d’accord à l’unanimité sur un texte d’une inhabituelle dureté, certains même surpris de leur propre audace, selon des sources diplomatiques. Un seul ambassadeur a évoqué la possibilité de joindre sa capitale, mais tous les autres lui ont dit non.

« Certains d’entre nous vont être rappelés samedi par leur capitale » en raison de la sévérité du texte, a ainsi lancé avec humour un ambassadeur après la réunion. « Pour une fois on est unis », a-t-il également souligné, sous couvert d’anonymat.

C’est lors d’une réunion sur l’immigration avec des parlementaires à la Maison Blanche que Donald Trump s’est emporté jeudi sur l’immigration en provenance de « pays de merde ». Le chef d’Etat s’est défendu vendredi d’avoir eu recours au terme « shithole countries » (« pays de merde »), tout en reconnaissant avoir eu recours à une « formulation rude ».

Avec AFP et Reuters

Première publication : 13/01/2018

Comments

comments

URL courte: http://diasporaenligne.net/?p=57340

Répondre

Galerie photo

Copyright : RESEAU DIASPORA EN LIGNE 2000-2016. TOUS DROITS RESERVES