Quand le désespoir nous pousse à immigrer ou mourir. Par Me. Serigne Babacar Guèye- Juriste spécialiste en migrations internationales. | Réseau International Diaspora En Ligne
Réseau International Diaspora En Ligne

Quand le désespoir nous pousse à immigrer ou mourir. Par Me. Serigne Babacar Guèye- Juriste spécialiste en migrations internationales.

Mal vie, la pauvreté, le sentiment d’exclusion, le manque de perspectives d’amélioration des conditions de vie, la recherche du bien-être, la découverte d’autres horizons sont autant de facteurs déclenchant qui poussent ces jeunes africains à succomber à l’appel de la mer, à prendre des risques démesurés pour rejoindre l’autre rive, nouvelle terre d’asile.

Ce sont donc à ces maux qu’il faut s’attaquer si l’on veut mettre un terme à ce fléau qui ne cesse de prendre de l’ampleur jusqu’à atteindre des proportions alarmantes.

Les pays du Maghreb sont, depuis bien des années, investis dans la lutte contre ce phénomène sans que cela n’atténue, pour autant, de son évolution au grand dam de ces mêmes Etats.

Aujourd’hui le réseau international Diaspora En Ligne, met les pieds dans le plat et contribue à cette lutte en mettant en place dans le cadre d’un projet, intitulé « Migration des jeunes, dans la croissance économique en Afrique » des campagnes de prévention et de sensibilisation dans les établissements scolaires (lycées), des clubs, associations, colonies de vacances, regroupements de jeunes etc.

Il se trouve que malgré ces efforts, cela reste très insuffisant et la véritable solution ne passe, inéluctablement, que par la mise en place d’une véritable politique migratoire et réside dans la réalisation de certains préalables par les puissances occidentales. Tout aussi concernées, ces dernières doivent s’impliquer davantage et en concertation avec les populations cibles dans le processus visant l’amélioration des conditions sociales.

Cette démarche partira de la promotion de la démocratie à celle de la culture de l’entreprise ainsi que l’éducation des masses et à tous les niveaux. Une fois les règles de jeux établis de manière démocratique dans la société, viendra ensuite l’éducation à la culture d’entreprise.

L’impact de ces actions tend à favoriser l’émergence d’une dynamique pouvant entraîner le peuple dans le processus visant le bien-être. Suivra alors, dans une seule et même optique, l’engagement de la diaspora Sénégalaise dans la logique de la création des entreprises.

Là encore on se réfère à la société civile pour préconiser un travail de terrain. Il s’agit d’approcher les jeunes et pénétrer ainsi les fins fonds de l’abîme fait d’habitations de fortune érigés dans des conditions inhumaines et instaurer, en définitive, le dialogue ô combien nécessaire. Prévenir contre les dangers d’une telle aventure suicidaire et expliquer surtout que l’Europe d’aujourd’hui n’est plus l’eldorado espéré. Les médias peuvent alors constituer un support efficient de lutte contre l’ignorance, la pauvreté et l’urgence de mobiliser les ressources exigées pour un développement durable.

Périr dans son pays ou être rejeté indignement ? La question reste dûment posée…

Source: Diasporaenligne.net

Comments

comments

URL courte: http://diasporaenligne.net/?p=55301

Répondre

Galerie photo

Copyright : RESEAU DIASPORA EN LIGNE 2000-2016. TOUS DROITS RESERVES