Qui etait Baye Fall Alias Battling SIKI. (Vidéo) | Réseau International Diaspora En Ligne
Réseau International Diaspora En Ligne

Qui etait Baye Fall Alias Battling SIKI. (Vidéo)

Revoyez le combat entre Baye Fall et Carpentier

Il est présenté comme un boxeur franco-sénégalais, né le 16 septembre 1897 à Saint-Louis du Sénégal et décédé le 15 décembre 1925 à New York aux États-Unis. L’homme, au punch redoutable, est devenu à 25 ans, le premier africain champion du monde de boxe. Mais ce compatriote émérite est peu connu de la nouvelle génération. Son nom : Battling Siki.

À l’état civil, Battling Siki répondait au nom d’Amadou Mbarick Fall. Mais ses intimes l’appelaient Baye Fall. Plus tard, il a changé son prénom pour devenir Louis Fall. Les blancs se trompèrent dès fois en orthographiant son nom : Louis Phal. Mais lorsqu’il s’est mis à la boxe et a commencé à distribuer uppercuts et coups de poing, devenant petit à petit le maitre du ring, on lui a collé le surnom de « Battling Siki ». Un nom qu’il a porté jusqu’à sa mort.

Le nom de « Siki » serait la déformation du terme « Siggil ! » (« Relève la tête ! » En wolof, sa langue maternelle) qu’il lançait aux boxeurs qu’il entraînait.

Bonjour la France

Comme beaucoup de jeunes nés à Saint-Louis, « Battling Siki » était un excellent nageur. Adolescent, il plongeait du haut d’une falaise pour aller chercher dans le fleuve des pièces de monnaie jetées par des blancs. Il amusait la galerie et les blancs s’émerveillaient de ses talents de plongeur. Un jour, une danseuse hollandaise tombe sous son charme et propose de l’emmener vers l’Europe. En escale en France, il prend petit à petit son indépendance et fait de menus travaux, lavant la vaisselle dans les restaurants. A14 ans, il commence sa carrière de boxeur.

Naissance d’un champion

Entre 1912 et 1914, il fait16 combats (8 victoires, 6 nuls, 2 défaites). La Première Guerre mondiale interrompt sa carrière. Ce n’est qu’en 1919 qu’il reprendra ses gants. Entre 1919 et 1922, il remporte 43 victoires, concède 2 nuls et est battu une fois. Un champion est né. Ses combats sont commentés partout. Sa rage de vaincre est connue de tous.

François Deschamps, manager de Georges Carpentier, boxeur préféré des Français et dernier champion du monde, lui propose une rencontre au stade Buffalo de Montrouge devant 40 000 personnes. Le combat se termine au 6e round par un uppercut du droit du boxeur franco-sénégalais. L’arbitre disqualifie Battling Siki, puis, sous la pression de la foule, accepte de lui donner la victoire près de 20 minutes plus tard. Battling Siki devient le premier champion du monde de boxe. Il a juste 25 ans.

Deschamps fera appel le 26 septembre, mais sera débouté.

Ayant fait perdre beaucoup d’argent aux parieurs, de mèche avec les promoteurs de ce match, Battling Siki est ostracisé et sera finalement exclu de la Fédération française de boxe.

Battling Siki remet en jeu son titre face à Mike McTigue en Irlande. Il sera déclaré vaincu après 20 rounds âprement disputés. Certains disent qu’il a perdu à cause d’un arbitrage « à domicile ». Par la suite, il perd ses titres de champion d’Europe et de France par disqualification contre Émile Morelle.

Il gagne encore deux combats par KO, puis part aux États-Unis où il perd deux combats en novembre et décembre 1923. Il perdra son dernier combat en 1925 contre Paul Berlenbach.

Lâchement assassiné

Il faut comprendre que « Battling Siki » combattait dans un contexte particulier. La discrimination raciale faisait fureur. Il a subi des insultes racistes. Et même lorsqu’il gagnait, on trouvait des choses à redire sur son style de boxe.

« Beaucoup de journalistes ont écrit que j’avais un style issu de la jungle, que j’étais un chimpanzé à qui on avait appris à porter des gants. Ce genre de commentaires me font mal. J’ai toujours vécu dans de grandes villes. Je n’ai jamais vu la jungle », se lamentait-il à l’époque.

On lui reprochera d’aimer l’alcool et… les « femmes blanche s ». En effet, il s’est marié à deux reprises avec deux femmes occidentales. Un « péché » que certains ne pouvaient lui pardonner.

Le 15 décembre 1925, « Battling Siki » sort en disant à sa femme qu’il allait « faire un tour avec des amis ». Il sera retrouvé mort, au pied d’un immeuble de la 41e rue, dans le quartier de Hell’s Kitchen, près de chez lui. Il a été abattu de deux balles dans le dos, tirées de près. Il n’avait que 28 ans.

Auteur: seneweb News – Seneweb.com

Comments

comments

URL courte: http://diasporaenligne.net/?p=44141

Les commentaires sont fermés

Galerie photo

Copyright : RESEAU DIASPORA EN LIGNE 2000-2016. TOUS DROITS RESERVES