Indubitablement Ousmane Sylla pèse lourd, peut- être même trop lourd pour son Kédougou natal. Ce cadre supérieur chez ArcelorMittal a fait le choix bien difficile pour certains, de laisser sur le carreau les gros privilèges qu’il avait en Europe, pour s’investir dans son pays et son terroir, afin d’en faire un miroir du Sénégal.

De nos jours, Ousmane Sylla occupe le poste de directeur commercial pour l’Afrique de l’Ouest du géant mondial ArcelorMittal. Ce jeune Kédovin ingénieur généraliste sorti de l’Ecole des Mines de France, a tout pour jouer de grands rôles dans ce pays. Ousmane a fortement marqué son territoire quand il était directeur de l’usine et de la division automobile en Angleterre car, en une année de gestion, il a réussi la prouesse de rendre plus que viable l’entreprise qui naviguait dans des eaux troubles avec cumulant des pertes non négligeables.

Tout indiquait que cet ancien du lycée technique de Kédougou où il a décroché avec brio son baccalauréat série S3, était prédestiné à une brillante carrière professionnelle, et son stage de 3 mois dans un laboratoire de recherches en Floride en était un indice suffisamment sérieux. Ousmane Sylla a acquis un capital d’expérience inestimable. En une année, il est passé ingénieur adjoint chez ArtcelorMittal à ingénieur qualité-production chez Valéo avant de revenir comme responsable de production Laminoir où il manage et gère la production, la logistique, l’amélioration de la productivité, de la qualité et de la sécurité. Et comme il ne manque guère de cordes à son arc pour faire des résultats probants, Ousmane Sylla devient de 2009 à 2012 directeur des sites de Haironville, Montataire et Strasbourg. Ce jeune génie à faire la fierté du Sénégal et de Kédougou gagne la confiance de ses supérieurs et passe directeur industriel Europe de l’Ouest et membre du comité de direction.

Parmi les 6 projets que cet amateur de football et de musique a pilotés, figurent en bonne et due place la formation des managers sur le leadership et la conduite du changement en 2011 – 2012 tout comme celle des managers d’ArcelorMittal sur le leadership en sécurité.

Ousmane Sylla a un background inestimable, et il soutient ne plus supporter voir son Kédougou natal dans la situation qu’elle connait aujourd’hui. « Nous avons d’énormes potentialités naturelles, il suffit que nous nous organisons davantage, que nous soyons solidaires et tolérants, que nous donnons la parole aux communautés pour procéder à une sorte d’évaluation participative de leurs besoins, et que nous opérons un plaidoyer fort auquel les pouvoirs publics centraux et leurs partenaires techniques et financiers seront à coup sûr sensibles », soutiendra-t-il. « Kédougou connait des problèmes d’infrastructure, de santé, de sécurité, d’emploi des jeunes, et les alternatives durables et crédibles ne sauraient venir d’ailleurs, il faut que les fils de Kédougou y travaillent. Le président de la République a défini les contours depuis le conseil des ministres délocalisé, il va falloir que nous l’accompagnons dans ce sens avec un bloc suffisamment compact, beaucoup de discipline et d’ardeur au travail », a-t-il asséné.

Boubacar Dembo TAMBA / www.tambacounda.info /