USA: La photo qui résume les départs en cascade des conseillers de Donald Trump | Réseau International Diaspora En Ligne
Réseau International Diaspora En Ligne

USA: La photo qui résume les départs en cascade des conseillers de Donald Trump

EN IMAGE – Donald Trump avait nommé cinq hommes de confiance en début de mandat, il y a sept mois. En cette fin d’été, il ne reste que son vice-président Mike Pence, seul rescapé d’une série de démissions et de limogeages.

Depuis son arrivée à la présidence des États-Unis en janvier, Donald Trump a perdu de nombreux collaborateurs. Cette photo ci-dessus prise dans le bureau ovale huit jours après son installation en est la parfaite illustration. Alors qu’il avait nommé cinq hommes de confiance pour l’épauler au début de son mandat, il n’en reste aujourd’hui plus qu’un, son vice-président, Mike Pence. Et les démissions continuent. Un des assistants du président Trump, Sébastian Gorka, a quitté son poste vendredi 25 août.

● Michael Flynn, l’ancien conseiller à la sécurité nationale

Retraité de la United States Army et ancien directeur de la Defense Intelligence Agency, Michael Flynn avait été nommé par Donald Trump dès le début de sa présidence. Sa démission le 13 février est le premier coup dur pour l’administration Trump. En cause? Des révélations sur une conversation qu’il avait eue avec l’ambassadeur russe à Washington, avant son investiture, sur une éventuelle levée des sanctions contre Moscou.

Le New York Times avait ensuite affirmé en mai que Donald Trump avait demandé à James Comey, encore directeur du FBI, de mettre un terme à l’enquête sur les contacts russes de son ancien conseiller à la sécurité nationale. Les liens entre le clan Trump et la Russie ne sont pas établis à ce jour et jettent toujours une ombre sur le mandat du président.

● Reince Priebus, l’ancien chef de cabinet de la Maison-Blanche

Ancien avocat et président du Comité national républicain, Reince Priebus avait été nommé par Donald Trump dès son élection. Mais il était en conflit avec le nouveau directeur de la communication, Anthony Scaramucci, qui l’avait qualifié de «schizophrène paranoïaque» dans une conversation avec un journaliste du New Yorker. Le 28 juillet, lendemain de la publication de ces propos, Reince Priebus avait été limogé et remplacé par le secrétaire à la Sécurité intérieure, John F. Kelly.

«Je suis heureux de vous informer que je viens de nommer secrétaire général John F. Kelly comme secrétaire général de la Maison-Blanche. C’est un grand Américain», avait tweeté Trump. «Je voudrais remercier Reince Priebus pour son service et son dévouement au pays. Nous avons accompli beaucoup ensemble et je suis fier de lui», avait ajouté le président dans un autre message.

 Sean Spicer, l’ancien porte-parole

Avant d’être nommé porte-parole de la Maison-Blanche en janvier, Sean Spicer fût directeur de la communication puis chef stratège du Comité national du Parti républicain. En désaccord avec le nouveau directeur de la communication de la Maison-Blanche, Anthony Scaramucci, il présente sa démission le 21 juillet. C’est la première démission volontaire dans l’entourage de Donald Trump. Sean Spicer fût remplacé par Sarah Sanders.

Sur le compte Twitter du porte-parole, à l’époque à son nom, Sean Spicer avait annoncé qu’il continuerait son travail jusqu’en août. Sarah Sanders prit les manettes du compte officiel le 4 août.

 Steve Bannon, l’ancien conseiller stratégique

Très controversé, Steve Bannon, 63 ans, fût président exécutif de Breitbart News avant d’être nommé conseiller stratégique de la Maison-Blanche en janvier. Un site d’information accusé d’être un relais de «l’Alt-Right», le courant d’extrême droite américain. Les violences survenues à Charlottesville le 12 août ont certainement joué un rôle accélérateur dans son départ. Donald Trump le limoge une semaine après, le 18 août.

Interrogé sur son départ, Steve Bannon avait déclaré à Bloomberg News: «Je quitte la Maison-Blanche et je pars au combat pour Trump et contre ses opposants». Il a retrouvé ses fonctions de président exécutif de Breitbart News. Le président Donald Trump l’a félicité: «Steve Bannon sera une nouvelle voix solide et intelligente à Breitbart News… peut-être mieux que jamais auparavant. Les Fakes News ont besoin de concurrence!».

Le Figaro.fr

Comments

comments

URL courte: http://diasporaenligne.net/?p=53723

Les commentaires sont fermés

Galerie photo

Copyright : RESEAU DIASPORA EN LIGNE 2000-2016. TOUS DROITS RESERVES