[Vidéo Magnifique] Un père pardonne au meurtrier de son fils et va même le prendre dans ses bras | Réseau International Diaspora En Ligne
Réseau International Diaspora En Ligne

[Vidéo Magnifique] Un père pardonne au meurtrier de son fils et va même le prendre dans ses bras

On dit qu’il faut savoir pardonner, passer à autre chose pour continuer à vivre et faire son deuil. Mais encore faut-il trouver la force pour y parvenir. Il n’est pas facile d’accorder son pardon à quelqu’un et encore moins lorsque ce quelqu’un vous a privé de votre enfant.
Comment pardonner à une personne qui ôté la vie à ce que vous avez de plus précieux au monde ?

Pourtant Abdul-Munim Sombat Jitmoud l’a fait. Appelé à la barre des témoins lors du procès du meurtrier de son fils Salahuddin Jitmoud en 2015, ce père meurtri dans sa chair a puisé dans ses ressources et surtout dans sa foi pour dire d’un ton apaisé devant la cour de Lexington, dans l’Etat du Kentucky, qu’il pardonne à celui qu’il appelle affectueusement «  mon fils, mon neveu  » et d’ajouter que «  Le pardon est le plus grand cadeau de bienfaisance en islam  ».
«  Je ne suis pas en colère contre toi  », a-t-il dit au prévenu Trey Alexander Relford «  Je suis en colère contre le diable. Je blâme le diable, qui t’as égaré pour commettre un crime aussi horrible  » et devant une assistance émue aux larmes, il a ajouté qu’il lui pardonnait «  au nom de Salahuddin et de sa mère  », décédée en 2013.

Jamais un tribunal n’avait connu un tel dénouement, la juge en larmes a demandé une suspension d’audience le temps de se remettre de ses émotions.
C’était en avril 2015, Salahuddin Jitmoud 22 ans s’apprêtait à livrer une pizza lorsqu’il a croisé le chemin de ceux qui ont mis fin à sa vie.
Le livreur de pizza effectuait sa dernière livraison quand trois individus ont surgi pour le poignarder à mort. Les autorités ont très vite écarté la piste du crime raciste peut-être parce que les suspects sont Afro-américains.
Finalement seul Trey Alexander Relford comparaît à la barre après avoir plaidé coupable lors de son procès en octobre pour complicité de meurtre, complicité de vol et tentative de falsification de preuves. Lorsqu’il est revenu le 7 novembre dernier pour le prononcé de la sentence, Trey Alexander Relford ne s’attendait pas à tant de compassion à son égard. Les paroles de Sombat Jitmou l’ont poussé à exprimer des regrets et à le remercier de lui avoir pardonné son horrible crime.

Le père de la victime lui a alors tendu la main avant de le prendre dans ses bras. Sombat Jitmoud, ancien principal d’ écoles musulmanes aux Etats-Unis vit désormais en Thaïlande, il a expliqué que sa décision lui a été dictée par sa foi, car selon la tradition musulmane, «  Allah est miséricordieux et les portes de Sa Miséricorde sont ouvertes à tous.  »
Trey Alexander Relford encourait la peine de mort mais après un accord passé avec la famille Jitmoud, il a échappé à la peine capitale et a été condamné à 31 ans de prison.

alnas.fr

Comments

comments

URL courte: http://diasporaenligne.net/?p=55293

Répondre

Galerie photo

Copyright : RESEAU DIASPORA EN LIGNE 2000-2016. TOUS DROITS RESERVES